Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Au début était le Blog ...

"Au début était le Blog..." fête une année d'existence!

30 Décembre 2007, 10:00am

Publié par Naim

undefined   
    Eh oui! Cela fait un an depuis ce premier billet et le début de cette belle aventure du bloguing. Et comme tout pédagogue qui se respecte, il est temps de faire une auto-évaluation. Tout a commencé par un simple exercice destiné à mes étudiants: chacun d'eux devait faire un blog personnel qui sera l'endroit où il doit publier ses devoirs hebdomadaires ainsi que ses propres billets personnels. Le but était, bien évidemment, de créer une dynamique pédagogique ludique qui vise à augmenter le capital-confiance en soi et inciter l'étudiant en question à plus de créativité. Vous connaissez la suite. Devant faire l'exemple, je me suis lancé dans le bain, chaud, du blogging. Et le bain était ...bon. Un an après, que faut-il conclure de cette expérience?
    Pour les amateurs de chiffres, en voici quelques uns. Au début était le Blog... a vu la publication de 94 billets et quelque 1300 commentaires. Il a reçu 56 455  visiteurs uniques (sans vous compter maintenant) et 172 262 pages de cet espace étaient visionnées. Bien évidemment, ces chiffres ne vont pas égaler d'autres, faramineux, comme celui du pape de la Blogoma.
    En un an, grâce à mes chers étudiants, Safi est devenue probablement la ville qui abrite le plus grand nombre de blogueurs. Quelques uns méritent vraiment le détour (voir la liste de gauche). Et à ma surprise,
Au début était le Blog... est entré dans le top 5 du classement des blogs marocains fait par Alianzo (merci au magazine des blogs marocains pour l'info).  Cet espace est souvent cité dans les revues de blogs sur des sujets d'actualité et fait également partie de la sélection des meilleurs blogs francophones établie par la chaine de télévision TV5. Pendant cette année, ce lieu virtuel a joué modestement son rôle citoyen contre la censure aberrante qui a touché Youtube  ou encore Tel Quel et Nichane. Un combat qui n'est pas encore fini puisque la censure continue toujours avec, entre autres, celle du logiciel éducatif Google Earth. Cet espace numérique essaie également, dans la mesure du possible, d'être dans la ligne de front contre la répression injuste qui s'est abattue à plusieurs reprises, durant 2007, sur des citoyens marocains. Mais ce militantisme est somme toute normal puisque l'auteur de ces lignes s'est révélé, grâce au Political Compass, un gauchiste libertaire sans vergogne.
    Mais au delà de ces flatteries d'égo, cet espace a permis de lier de véritables liens d'amitié avec des blogueurs sympas et, surtout, de découvrir de véritables perles de contenu instructif et citoyen. En plus du précité Larbi, par exemple, je squatte souvent l'espace d'un collègue Motic, qui doit penser sérieusement à le transformer en un site complet, vu son utilité publique. Même remarque pour Ibn Kafka, le juriste en liberté surveillé, qui mérite un espace mieux adapté pour la qualité de ses textes. Une qualité éditoriale que peut facilement revendiquer Cinemasfi, Citoyen Hmida, Loula, Lionne d'Atlas, Adilsky ... L'oubli va sûrement toucher quelques uns d'entre vous mais je suis sûr que, humblement, vous excuserez cet affront gravissime et vous recevrez mes voeux les plus sincères.

Voir les commentaires

La rose du Pakistan est assassinée !

28 Décembre 2007, 01:00am

Publié par Naim

benazir-bhutto-.jpg

    
    
Benazir Bhutto n'est plus. Journée maussade, celle où on assassine sauvagement l'un des espoirs de tout un pays. Jour triste, celui où l'intégrisme totalitaire montre son visage le plus laid en tuant le plus beau des visages. Date funèbre, celle où on enterre une dame coupable d'être capable. Capable de remuer une montagne d'idées archaïques et vieillottes et qui, malgré quelques erreurs de parcours, restera l'une des figures emblématiques d'une démocratisation pakistanaise ratée, et sans cesse ajournée.

P.S.: le titre est inspiré du post de Awres.

Voir les commentaires

Chaplin, le clown triste de l'éternel

25 Décembre 2007, 21:00pm

Publié par Naim


    J'allais complètement oublier mais, heureusement, l'Agenda Culturel de Safi vient de nous le rappeler. Aujourd'hui, le monde célébre le trentième anniversaire de la disparition du Sir Charles Spencer Chaplin, connu sous le nom de Charlie Chaplin ou encore Charlot, le personnage comique le plus célèbre au monde.
    Le génie créateur de Chaplin est sans égal. Devant sa caméra, la comédie atteint, paradoxalement, des sommets tragiques insoupçonnables et le drame devient plus drôle que jamais. Pour rendre hommage à ce grand clown triste, cet espace vous offre la célèbre scène culte des Temps modernes, où le personnage de Charlot
danse et chante en baragouinant des paroles incompréhensibles parce qu'il a perdu le bon texte. C'était la première fois que le public entendait la voix de Charlie Chaplin. Pour celles et ceux qui veulent chanter, en karaoké, ces "paroles", les voilà:

Se bella piu satore, je notre so catore,

Je notre qui cavore, je la qu', la qui, la quai! 

Le spinash or le busho, cigaretto toto bello, 

Ce rakish spagoletto, si la tu, la tu, la tua! 

Senora pelefima, voulez-vous le taximeter, 

La zionta sur le tita, tu le tu le tu le wa!

Chaplin-The-Kid-charlot.jpg

Voir les commentaires

Bonnes fêtes aux détenus oubliés du 1 mai !

24 Décembre 2007, 20:45pm

Publié par Naim

undefined

       En ces temps de fêtes successives, les sourires et les souhaits sont sur toutes les bouches. On ne saurait qu'être contaminé de bonheur en entendant les "meilleurs voeux", les "Mabrouk El Aid", les "Joyeux Noël", sans oublier les habituelles "Bonne année" en cette fin d'année. Mais, ce joli tableau féérique est entaché de plusieurs couleurs fades. Il y a des personnes qui ne vont célébrer aucune de ces fêtes. Et pour cause, ils sont en prison au Maroc pour avoir manifesté bruyamment lors des défilés du 1 mai 2007.
    Cet espace les avait évoqués auparavant en se demandant s'il s'agit d'un retour à la répression au Royaume du Maroc ! Aujourd'hui, rares sont les blogs et les médias qui en parlent, comme si le mal étant fait, à quoi sert d'en parler. L'AMDH essaie, tant bien que mal, de rappeler ce fait sinistre dans l'histoire récente du Royaume du Maroc. Avec justesse, Larbi les évoque également dans un récent billet contre l'oubli. Un oubli qu'essaie de réparer un blog qui leur est consacré.
    Du jeune élève Mehdi El Barbouchi (19 ans) au vieux militant Mohamed Bougrine (72 ans), ces détenus purgent actuellement leur peines de prison, de 1 à 4 ans, pour atteinte aux valeurs sacrées du royaume!!! Mais, on le sait depuis toujours, l'oubli et l'indifférence font beaucoup plus mal que les plus lourdes peines de prison.

undefined

Voir les commentaires

Mabrouk El Aid et bonnes fêtes !

20 Décembre 2007, 20:00pm

Publié par Naim

repas-marocain-aid-mabrouk-copie-1.jpg

     Deux jours après quelques pays arabes et l'Europe, le Maroc célèbre ce vendredi l'Aid El Kébir, la fête du sacrifice. A cette occasion, je tiens à vous souhaiter, chers lecteurs, d'agréables moments festifs. Cette année encore, l'Aid va coïncider avec les fêtes de fin d'année et les vacances. Mais les vacances, hélas, ne seront pas pour tout le monde. Mes étudiants seront ainsi en pleins examens. Une pensée d'encouragements va pour eux ainsi que pour tous les autres. Mais que cela ne les empêche pas de profiter des délices culinaires spécifiques à cette fête. Bon partage et bon appétit à toutes et à tous.

brochette-de-foie-maroc-aid-elkebir.jpg

Voir les commentaires

Palmarès du 7ème Festival International du Film de marrakech

16 Décembre 2007, 02:16am

Publié par Naim

Autumn-Bal-etoile-d-or-marrakech.jpg

    Le verdict vient de tomber il y a quelques heures. L'Etoile d'or du 7ème Festival International du Film de Marrakech a été décernée samedi soir au film estonien Autumn Ball du réalisateur Veiko Ounpuu. "Nous ne parlons pas la même langue mais nous partageons le même langage: celui de l'humanisme", a déclaré la productrice Katrine Kissa en recevant le trophée des mains de l'actrice française Catherine Deneuve. Le film relate quelques moments choisis de la vie de six habitants d'un ensemble urbain tentaculaire composé d'immense tours construites pendant la période soviétique.

    L'Etoile d'or du prix d'interprétation masculine a été décernée à l'acteur finlandais Tommy Kortela dans le film Man's Job d'Aleksi Salmenperä, et l'Etoile d'or d'interprétation féminine est revenue à l'actrice coréenne de neuf ans Yu Yun-mi dans le film With a girl of black soil de Jeon Soo-Il.

    Le prix de jury a été décerné à deux films: le russe The hard-hearted d'Alexey Mizgirev et le philippin Slingshot du réalisateur Brillante Ma.Mendosa.

"Nous ne prétendons être ni objectifs, ni justes mais le plus important c'est d'être honnête", a affirmé le président du jury, le Tchèque Milos Forman.

De l'AFP.

Voir les commentaires

Marrakech fête cent ans d'amour du cinéma égyptien

14 Décembre 2007, 09:00am

Publié par Naim

FIFM-YOSRA-ELHAM-shaheen-et-Lebleba.jpg
Les actrices égyptiennes Elham Shaheen, Lebleba et Yosra au Festival de Marrakech. Photo AFP.
    Quelle est la deuxième langue parlée par les Marocains? Le français, faux. L'anglais? Encore faux. La bonne réponse est le dialecte égyptien ! Cette réalité linguistique, somme toute anecdotique, est là pour nous illustrer un fait indéniable: les Marocains adorent le cinéma égyptien, connaissent les films et les acteurs du Nil. Ils peuvent même réciter par coeur les répliques de quelques scènes cultes. Les spectateurs se souviennent, évidemment, des films populaires de Adel Imam et de Faten Hamama. Les plus cinéphiles d'entre eux citent avec enthousiasme les films de Youssef Chahine, Salah Abou Seif ou encore Shadi Abdessalam.
    Cette histoire d'amour a vu son apothéose hier au Palais des Congrès à l'occasion de l'hommage rendu par le festival International du Film de Marrakech au cinéma égyptien qui fête son centième anniversaire. 1907, en effet, constitue la date du premier film entièrement égyptien, un documentaire court montrant une visite du Khédive Abbas Hilmi II en Alexandrie. Un siècle plus tard, la famille du cinéma marocain accueille en grandes pompes les stars du 7ème art égyptien et les invite à défiler sur le tapis rouge marrakchi : Nour Al-Sharif, Ezzat Elalayli, Youssra, Boussi, Lebleba, Ahmed Rateb, Elham Shaheen, Waheed Hamed... Que du beau monde !
    La tendresse et l'émotion étaient perceptibles chez ceux qui applaudissaient mais également chez ceux qui étaient applaudis. Les vedettes égyptiennes, impressionnés par l'accueil, pouvaient sentir et toucher l'amour du public qui régnait dans le Palais des Congrès. Les spectateurs marocains, eux, étaient aux anges. Ils pouvaient enfin contempler, en chair et en os, les héros et les héroïnes qui ont bercé et continuent à bercer leur imagination.

 

 

Voir les commentaires

Martin Scorsese à Marrakech, un généreux donateur de leçons !

12 Décembre 2007, 09:00am

Publié par Naim

scorsese-class-maroc.jpg

    Il  y a des évènements qui comptent dans la vie d'un cinéphile, comme voir un film rare ou assister à un tournage d'un film devenu célèbre... Mais assister à une leçon donnée par un maitre de cinéma qui s'appelle Martin Scorsese relève de la cerise cinéphilique sur le gâteau du 7ème art. Marty était au festival de Marrakech, un festival auquel il s'est habitué ces dernières années, pour donner une leçon destinée aux professionnels et aux étudiants en cinéma. Cette Master Class dirigée, avec maestria, par le critique et universitaire français Michel Ciment, était agrémentée de longs extraits de quelques uns de ses films comme Mean Streets, Taxi Driver, Alice Doesn't Live Here Anymore, The Last Waltz, New York New York, Last temptation of Christ, Kundun, Casino, et The Aviator.
   
    Passionné et passionnant, Scorsese, dont le débit rapide est légendaire, parle avec une sincérité non feinte. Même les anecdotes les plus ordinaires sur les tournages deviennent incroyablement intéressantes. On entre dans le secret de fabrication de ses chefs d'oeuvres. On a l'impression, illusoire certes, de connaitre enfin la recette magique de quelques unes de ses scènes mémorables: celle de Mean Streets où Harvey Keitel, blessé, est filmé sur un air d'opéra, celle de Good Fellas (Les Affranchis) où Joe Pesci amoche un type juste parce que ce dernier le trouvait drôle ! Ou encore celle dans The Aviator où le personnage joué par Leonardo DiCaprio refuse de « donner » une serviette à un handicapé dans les toilettes d'un restaurant de luxe.

   
    De sa relation particulière avec le Royaume du Maroc, le metteur en scène américain estime qu'il y était attaché avant même d'y avoir tourné La dernière Tentation du Christ. Un attachement profond puisque à travers sa caméra, le Maroc ira jusqu'à se transformer en Tibet dans Kundun. Chose étrange, mais accidentelle peut-être: ces deux productions tournées au Maroc sont les deux seules oeuvres considérées comme spirituelles par Scorsese. Cette impression est renforcée par son amour de la musique de Nass El Ghiwane, découverte dans Al Hal. Une musique qu'il a finalement utilisée, en accompagnement sonore, dans La dernière Tentation du Christ.

    La leçon de cinéma de Martin Scorsese à Marrakech était donc unique mais, à coup sûr, elle risque d'influencer des générations de futurs cinéastes marocains, présents dans cette salle ce jour-là.

Voir les commentaires

Marrakech rend un hommage vibrant à DiCaprio

8 Décembre 2007, 04:30am

Publié par Naim

diCaprio-marrakech-film-festival.jpgDiCaprio recevant l'hommage en compagnie de la fille de Darkaoui

    Pour son ouverture, le Festival international du film de Marrakech n'a pas fait dans les détails. Les célébrités étaient au rendez-vous et non des moindres: du Tchèque Milos Forman, président du jury, à l'Américain Martin Scorsese, habitué du festival, en passant par l'acteur britannique John Hurt ou encore l'actrice égyptienne Boussi.
    Mais celui vers qui les regards étaient tournés était sans doute la vedette hollywoodienne Leonardo DiCaprio. Profitant de sa présence au Maroc où il tourne actuellement avec Russel Crowe Body of Lies, l
e thriller de Ridley Scott, le festival de Marrakech a rendu hommage à la star de Titanic et de Gangs of New York. DiCaprio peu à l'aise dans ce genre de manifestations, s'est montré enchanté de ce prix d'honneur offert par M. Scorsese lui-même. Remerciant le public en langue arabe, Leonardo a posé pour les photographes en compagnie de Mostafa Derkaoui, le réalisateur marocain auquel le festival a rendu hommage également.
    Cette série d'hommages terminée, le festival pouvait commencer avec la projection du film de
Shekhar Kapur, Elisabeth: The Golden Age.

morocco-film-festival-dicaprio-scorsese.jpg

Voir les commentaires

Festival du film de Marrakech: demandez le programme !

7 Décembre 2007, 14:00pm

Publié par Naim

festival-film-marrakech-morocco.png

     Voilà le programme des deux premiers jours du festival du film de Marrakech. Après plusieurs changements d'adresse (voir ici et ), Motic vient de nous informer  que le site officiel vient, enfin, d'être lancé. On peut toujours se demander s'il n'aurait pas été utile de garder des adresses web fixes et de créer quelques liens vers le site officiel qui comporte le programme détaillé. Cela aiderait plusieurs journalistes et correspondants à la recherche d'informations sur l'horaire des films et le lieu des projections. 


Vendredi 7 décembre
:

PALAIS DES CONGRES - SALLE DES MINISTRES

19h00 (sur invitation uniquement):

OUVERTURE OFFICIELLE

HOMMAGE MUSTAPHA DERKAOUI

HOMMAGE LEONARDO DI CAPRIO

ELIZABETH : THE GOLDEN AGE (ELIZABETH: L’AGE D’OR) (01h54).

Samedi 08 Decembre:

PALAIS DES CONGRES - SALLE DES MINISTRES:

11h00 : THE RED AWN (1h41)

15h00 : USED PARTS (1h35)

17h00 : LE CHAOS (2h02)

20h00 : 3:10 TO YUMA (1h57)

22h30 : L’ENNEMI INTIME (1h48)

PALAIS DES CONGRES - SALLE DES AMBASSADEURS:

09h00 : THE 11TH HOUR (LA 11ème HEURE, LE DERNIER VIRAGE) (1h31)

11h30 : AN OBSESSION (1h49)

16h30 : LECON DE CINEMA : MARTIN SCORSESE

21h00 : SAMT EL QUSUR (LES SILENCES DU PALAIS) (2h07)

CINEMA LE COLISEE:

11h00 : LES BEAUX JOURS DE SHEHERAZADE (1h37)

14h30 : L’AVVENTURA (2h25)

18h00 : THE RED AWN (2h25)

20h30 : USED PARTS (1h35)

22h30 : ELIZABETH: THE GOLDEN AGE (ELIZABETH: L’AGE D’OR) (1h54)

CINEMA RIF:

14h00 : NASHID EL AMAL (2h05)

17h00 : BAB EL HADID (GARE CENTRALE) (1h35)

20h00 : DOAE EL KARAWAN (LA PRIERE DU ROSSIGNOL) (1h49)

22h30 : AL HARAM (LE PECHE) (1h45)

CINEMA SAADA:

14h00 : GHAZAL EL BANAT (FLIRT DES JEUNES FILLES) (2h)

17h00 : EMRAA FIL TARIK (1h55)

20h00 : SERAA FIL NIL (2h05)

22h30: AL ARD (LA TERRE)

CINEMA MABROUKA:

17h00 : SA'IDI FI ALJAMA'AH ALA'MRIKIAH (1h50)

20h00 : BAHEB EL CIMA (J’AIME LE CINEMA) (2h10)

22h30 : ISMAILIA RAYEH GAY (1h55)

CINEMA MEGARAMA:

14h30 : OU VAS-TU MOSHE ? (1h30)

17h00 : LA BEAUTE EPARPILLEE (1h30)

20h00 : LES ANGES DE SATAN (1h25)

22h30 : ADIEU MERES (1h50)

CINEMA MEGARAMA : NUIT DI CAPRIO (Grande salle):

18h00 : THE 11TH HOUR (LA 11ème HEURE, LE DERNIER VIRAGE) (1h31) 22h30

20h00 : BLOOD DIAMOND (2h23)

22h30 : TITANIC (3h14)

02h00 : CATCH ME IF YOU CAN (ARRETE-MOI SI TU PEUX) (2h21)

04h30 : ROMEO + JULIET (ROMEO + JULIETTE) (2h)

PLACE JEMAA EL FNA:

19h00 : THE AVIATOR (2h50) - En présence de Martin Scorsese et Leonardo Di Caprio

PROJECTIONS DE PRESSE (Salle des Ambassadeurs) et CONFERENCE DE PRESSE (Salle Royale):

09h00 : THE 11TH HOUR (LA 11ème HEURE, LE DERNIER VIRAGE) (1h31) – projection de presse

12h45 : PHOTO-CALL & CONFERENCE DE PRESSE THE RED AWN

16h30 : LECON DE CINEMA MARTIN SCORSESE – SALLE DES AMBASSADEURS.

Bon festival à tous.

Voir les commentaires

1 2 > >>