Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Au début était le Blog ...

Aid Mabrouk et bon appétit

28 Novembre 2009, 17:00pm

Publié par Naim

brochette-de-foie-maroc-aid-elkebir
      Encore une fois, Aid Al Adha oblige, je vous souhaite des moments festifs agréables, des orgies culinaires modérées et un sens du partage exemplaire. Toutefois, une photo et une pensée toute particulière à celles et à ceux qui sont obligés d'être loin de chez eux en ces périodes de fêtes.

Voir les commentaires

Algérie-Egypte entre football, médias et politique

22 Novembre 2009, 08:00am

Publié par Naim

Algerie-Egypte_match-politique-medias       Difficile de croire qu'un match de football, fut-ce un match de qualification pour la Coupe du monde, puisse générer en déchaînements d'agressivité et de haine. Et pourtant, c'est ce qu'on a vu après la double confrontation Egypte-Algérie au Caire et à Khartoum. Des vidéos entrevues sur des sites de partage de vidéos comme Youtube ou Dailymotion montrent des supporters ensanglantés, d'autres brandissant des armes blanches. Des commentaires vindicatifs, haineux et racistes essaiment les forums sportifs mais également politiques. Que s'est-il passé pour qu'on en arrive là?
       Tout a commencé avec les préparatifs du match retour au Caire. Défaits par l'Algérie lors du premier match par un score de 3 buts à 1, l'équipe égyptienne, formidable formation, n'avait pas le droit à l'erreur et devait gagner par 2 buts d'écart pour espérer un match de barrage. Les médias égyptiens se sont mis à haranguer leur sélection et mettre de la pression sur le onze algérien. Les encouragements étaient sportifs au début mais au fur et à mesure que le match décisif approche, les discours médiatiques ont commencé à prendre un ton plus agressif et plus surprenant. Des analystes "sportifs" et des animateurs de télévision très populaires en Egypte  (Moustapha Abdou, Amr Adib, Medhat Chalabi...) ont commencé à traiter le peuple algérien de tous les noms. L’animateur Moustapha Abdou de la chaîne de télévision Dream qualifie ainsi les Algériens de bâtards, voyous, lâches... et les Algériennes de prostituées et de maquerelles des ruelles de Paris. Selon ces animateurs égyptiens, c'est grâce à l'Egypte que l'Algérie est nourrie, élevée et éduquée, etc. Des propos encore plus scandaleux sont répétées à longueur de journée par les autres chaînes satellitaires égyptiennes Nile Sport, Al-Hayat... Résultat de ce déchaînement médiatique: dès l'aéroport du Caire, l'équipe algérienne a reçu un accueil très hostile. Son bus est caillassé et trois joueurs sont blessés. Les bus des supporters recevront plus tard la même addition.
      Bien évidemment, du côté algérien ce n'est pas l'angélisme qui règne. Les médias (Echorouk en tête) prennent une part de responsabilité dans la grande animosité qui régnait au sein des supporters algériens après le match de barrage à Khartoum. Leurs articles sont loin de toute analyse saine d'un quelconque évenement sportif. Leurs billets sont bourrées d'insultes gratuites brassant le religieux et l'historique. Ainsi,  sous la plume d'Echourouk et à cause d'un simple match de foot, les Egyptiens deviennent des traitres à la cause palestinienne, des voleurs, des espions... Ces diatribes font vendre du papier. Pour preuve, Echourouk
s'enorgueillit d'avoir vendu 1.5 millions d'exemplaires le jour du match.
      Si de tels dérapages médiatiques s'expliquent par l'éternelle course à l'audimat, des dérapages au niveau politique sont difficilement explicables et encore moins excusables. A Khartoum et juste après la qualification de l'équipe algérienne, Alaa Moubarak, le fils aîné du président égyptien a qualifié les supporters de l'Algérie de "mercenaires et de terroristes". Il a ajouté qu'il y a "quelque chose d'étrange en Algérie. Un mélange de méchanceté et de rancune contre l'Egypte." Un avis largement répété par la classe politique égyptienne sur les médias satellitaires. Samedi 21 novembre, c'est Hosni Moubarak, le président egyptien, en personne qui est monté au créneau. Dans un discours au parlement égyptien, retransmis en direct à la télévision, Il fustige l'Algérie sans la nommer en la mettant en garde parce que l'Egypte "ne tolèrera pas ceux qui blessent la dignité de ses fils." Pour Hosni Mouabarak, président depuis 1981, l'occasion est d'or. Il profite habilement de cet élan nationaliste pour redorer son blason et surtout, réussir enfin à imposer son fils Jamal comme successeur potentiel. Ce dernier était en effet bien placé stratégiquement à tous les récents déplacements de l'équipe nationale égyptienne réussissant même à apparaître sur la chaîne satellitaire Al-Hayat comme le sauveur des supporters égyptiens "encerclés" par les "barbares" Algériens. Opium du peuple, quand tu nous tiens!
Jamal Gamal-Alaa-Moubarak-football-soccer-politics

Voir les commentaires