Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pistol de Roy Lichtenstein, un tableau désarmant !

Publié le par Naim

lichtenstein_pistol_1964

    Désolé, ce revolver ne vous est pas destiné. Il "vise" mes étudiants de licence. Enfin, je m'explique: Pistol, le tableau de Roy Lichtenstein est un petit travail d'analyse adressé à mes étudiants. Après avoir fait des recherches, ces derniers doivent faire une petite "lecture" sémiologique du tableau, peint en 1964 et exposé au Museum of Modern Art à New York. Leur paragraphe doit être posté avant lundi à minuit.
    Voilà une lecture qui peut inspirer mais d'autres sont possibles bien évidemment. Bonne analyse.

Commenter cet article

Benchra Abderazak 06/05/2008 02:04

Le tableau de Roy Lichtenstein présente une main saisissant une arme à feu dirigée vers le regardeur avec des dimensions anormales en comparaison des tailles du poigné et de l’arme. L main est tachetée de grains réguliers Cette image peut fort bien refléter une pensée de son créteur pouvant être pour la révolte ou la violence qui pour lui constitue une nécessité pour établir de nouveaux équilibres en humains de ce monde quin se veut « farouche »

Sara ESSAIDI 06/05/2008 01:34

Ce tableau montre un pistolet dont on ne déchiffre  que la partie de face, c’est une vision frontale prouvée   par l’utilisation d’un gros plan. Ce pistolet est maintenu avec une main d’une façon un peu étrange.
Au niveau des couleurs on distingue d’abord un arrière plan en rouge un peu agressif  ce qui heurte les sentiments du spectateur, c’est une annonce d’un futur sanguin, la couleur de la main est un mélange entre la couleur de la peau et des points  de rouge ce qui donne l’impression que c’est une main tachée de sang à cause d’une dispute. Le pistolet est en noir et blanc, deux couleurs tout à fait différentes, le noir un signifiant d’obscurité et le blanc permet d’avoir un reflet de lumière sur le pistolet ce qui met ce dernier en valeur et renforce l’agression et le danger de l’arme, c’est une arme dirigée vers le spectateur, choquante, une arme qui avertie d’un  imminent et grand danger.

RACHIDI ASMAE 06/05/2008 01:10

LICHTENSTEIN, un artiste Américain du pop art, qui inspire ses oeuvres de l'imagerie et des bandes-déssinées, dans son tableau"pistol de lichtenstein", représente un pistolet de deux couleurs; le noir et le blanc, dans un cadre réctangulaire, et vertical, dirigé vers tout apercevant de l'image , meme s'il la regarde  pas de face, sur un fond rouge , symbole d'agressivité , et du sang.aprés une première vision de ce tableau, un sentiment de choc , voire d'étonnement nous prend ,surtout que le récepteur de l'image a l'impression qu'il va recevoir une balle provenant de ce pistolet, qui est pris par une main pointillée de rouge, relatif au danger et à la violence.

DAHHOUMI 06/05/2008 01:07

Roy Fox Lichtenstein est l’un des artistes les plus importants du mouvement pop art américain. Pistol est un œuvre inspiré de la publicité et de l’image populaire. En regardant cette image¸on distingue : • Le cadre sous forme de rectangle. • L’embouchure du canon en avant plan¸vue sa forme et la quantité de lumière (la couleur blanche). • En 1er plan¸on trouve le barillet¸vue sa forme¸le jeu de lumière (noir et blanc) et l’effet de l’ombre ; d’où le sujet principal de l’image est le pistolet. • Deuxième plan on trouve le poing¸vu la couleur rouge pointillée¸pour donner un rôle secondaire à la main¸d’où l’absence du hors champ. • Le fond est rouge. • Les deux couleurs rouge et noir reflètent la violence¸l’agression¸ et le sang. • L’image est centrée¸avec une petite inclinaison. Face à cette image le spectateur se trouve ciblé de n’importe quelle angle de vue¸et agressé vu la détermination du poing et la position de l’index révèle que ce n’est pas la peine de faire un reflex pour éviter la balle¸le spectateur se trouve face à son sort. En plus le procédé sérigraphique est présent dans l’oeuvre¸exprimé par la répartition et la gamme des couleurs¸et la réduction des traits essentiels (l’embouchure du canon¸le barillet¸le poing). En générale¸c’est une sorte de critique qui vise la société de consommation¸vue l’effet de la publicité et l’influence des armes dans la vie quotidienne américaine.

nadia roukny 06/05/2008 00:59

 C 'est un tableau de ROY LICHTEUSTEIN peint en 1964!une peinture du po-art!Il s'agit d'un pistolet" bien serrées  en plastique"peut etre s'agit d'un joeut comme celles d'une BD.(pas  un vrai rèvolvaire de vérité) !ceTTE  image est extravagante, bien centrè  avec un grand  espace ce qui permet d'accrocher loeil du spectateures;aussi " bien agrandie";peut être d'une façon ironique il se moque à la fois de nous aussi "les spectateures"se moquer par un simple pistolet re flète se dernier un état de pouvoir qui inclut la vie et la mort surtout au niveau de l'arrière plan qui est en rouge.l'arrêt du temps ,la curiosité extrème, en posant la question va -il tiré ou pas? sentiment de perturbation avec les couleurs sembres ROUGE ET LE NOIR plus la lumière puis le cadre qui prend une forme rèctangulaire verticale  on peut aussi distingué 2 parties:le pistolet en haut en gros plan  et la 2eme partie le poing en bas sans oublié l'espace qui est l'air.les boutants rouges ou les taches rouges sur la peau de son poing peut être reflète une maladie contagieuse sinon d'un sang d'extèrieure .c'est un message qui exprime la soumission  qui menace notre vie mais aussi on peut pas nier la prèsence de l'ironie c'est un peux amusant au niveau du dessinde tableau.

Azmi 06/05/2008 00:54

Ce tableau de Roy Lichtenstein représente une main tachetée en noir comme dans la B.D.Aussi ,le fond rouge de l'imagerappelle la violence qui domine le monde fatalement.Cette image trop éffrayante et menaçante et qui vise tout le monde sans exception,montre l'agressivité du plus fort.C'est la loi de la jungle : c'est le plus fort qui dominera.

Charaf Souad 06/05/2008 00:35

Roy Lichtenstein est l’un des artistes les plus important du pop art, a vécu entre (1923-1997), fortement inspiré de la publicité et de l'imagerie populaire de son époque, ainsi que des fameux « comics », (bandes dessinées), période aussi d’Andy Warhol, célèbre par ses photos de Marilyn Monroe réalisées en plusieurs couleurs, Lichtenstein était également influencé par le jazz de son époque, dont il dessinait les interprètes en les regardant. Son travail, a oscillé entre cubisme et expressionnisme dans les années 50, puis adopta l’expressionnisme abstrait à la fin de cette même décennie, L'expressionnisme abstrait est un mouvement artistique né en 1946, il consiste à retranscrire les pensées et les sentiments avec des formes abstraites et des couleurs très variées.
Pistol, de Roy Lichtenstein, 1964, est une peinture du pop-art. Si on veut faire une description plate, nous dirons qu’il s’agit là d’un encadré rouge, d’une main garnie de pointillés rouges aussi, l’index sur la détente d’un pistolet peint par deux couleurs noir et blanc, près à tirer, visant son public, et recouvrant la plus grande partie du tableau, donnant cette impression qu’il est tout près du but, le tireur, lui, est effacé derrière cette représentation.
    Il faut considérer le tableau comme une enceinte, dans laquelle l’artiste peut s’exprimer, plutôt qu’une simple reproduction, les images sont des textes par lesquelles on véhicule plusieurs messages. Même si elle est maintes fois complexe à déchiffrer, et qu’elle échapperait à la logique, un bon tableau remplace un long discours, on peut dire alors que l’image parle d'elle-même. Notre tableau à étudier, ressemble à une image de bande dessinée, celle-ci a longtemps suscité mépris et ironie, mais les images ont une logique particulière, qui leur est propre. L’agencement des couleurs ou la composition du Pistol, relèvent d'une approche plus plasticienne, une telle approche invite donc à recontextualiser le tableau. Pistol en met plein la vue, par sa couleur rouge attrayante, d'une évidence aveuglante en même temps qu’une obscure clarté. On pourrait dire qu'il est, en terme sémiologique, un signifiant dont nous prospectons à mentionner les signifiés discutables.
    L'image se définit d'abord par l'idée de ressemblance, vu de loin, il s’agit d’un objet reconnaissable sans aucun problème. Une main tenant un pistolet, doigt sur la gâchette, visant tout œil osant se poser sur cette arme, une arme incomplète, dont on ne voit que l'entrée du collimateur et le barillet. Il s’agit là d’une sérigraphie, une méthode à pochoir, anciennement utilisée pour une production massive, dans le but de multiplier le même motif à plusieurs exemplaires, sans doute pour se référer à une production de consommation de masse, qu’a connu l’artiste.
    L’éventail des couleurs est très restreint, un fond rouge, le pistolet noir et blanc, la main est recouverte de pointillés, qui nous renvoie à une trame étirée des photos de revue, et celles des plages de couleurs des bandes dessinées. Dans ce cas, nous pourrons dire que la ressemblance est contestable.
    L'image est intentionnellement durcie par réduction des couleurs, d’une linéarité simpliste, qui dénote de la banalité de n’importe quel produit de consommation. Dans le colorfield, un procédé d’abstraction chromatique, qui relève du l’expressionnisme abstrait, et dont l'unification des couleurs et des formes est la plus importante. Les pointillés rouges se détachent du fond blanc de la main, et on peut constater qu’à une certaine distance, ce fond reprend une couleur rose chair qualifiant la peau. Leur discontinuité dans Pistol est volontairement agrandie, pour mettre en évidence l’illusion optique qu’entraînent les couleurs à une autre proportion. Cela encode ce que chacun peut percevoir, cette conversion de dimensions fait perdre les repères de la ressemblance à l'œuvre de Lichtenstein, on en conclut que le message c'est le médium, le monde est désormais vu à travers la trame des images de masse, le menant vers une standardisation volontairement recherchée

lamtahri adil 06/05/2008 00:14

Lamtahri Adil : commentaire à propos de « pistole » de LICHTENSTEIN.


Qu’il soit amateur ou professionnel, le récepteur se sent d’abord agressé par le pistolet dont l’embouchure s’illustre en avant plan. Cette impression est accentuée par la dominance de la couleur rouge sachant que le blanc ne se limite que sur l’embouchure et le barillet. Le pistolet est si centré que toute inclinaison ne peut contredire le fait que l’objet nous est destiné. La position de l’index nous renvoie à s’interroger sur l’action en question : la bale est-elle sortie ou pas ? Le message nous parait herméneutique sachant que LICHTENSTEIN est l’un des piliers du mouvement artistique Pop Art visant à dénoncer la société de consommation. La réduction de l’image en ses traits les plus essentiels relève de la sérigraphie forte présente même au niveau des couleurs. Bref, ce pistolet peut être destiné à cette société de consommation qui refuse de rendre hommage à l’image en tant qu’image est non pas en tant qu’objet de consommation voire objet purement esthétique.

hajar bichar 06/05/2008 00:12

« Pistole » est un tableau de Roy Lichtenstein, ce tableau révèle des choses contradictoires telles que l couleur noire et blanche,aussi la main le symbole de la paix alors qu’elle détient un pistolet et qui nous agresse.
La dominance de la couleur rouge qui exprime le sang et le noir le symbole de la mort.
Quand on voit le tableau pour la première fois, la remarque qu’on peut signaler est que l’image nous menace et nous demande de réagir d’une façon ou d’autre.
 
Roy cherche par son tableau à exprimer que l’homme est menacé,et faible,plutôt la situation de l’individu dans les années 1960.

ABOUELAOUALIM ABDELHAQ 06/05/2008 00:06

Ce tableau de Lichtenstein se présente sur un cadre vertical et représente une main en pointillées rouges qui tient avec force un pistolet pointé directement sur la tête de l’observateur, le tout sur un fond rouge. Le contour du dessin est en gras noir. La gamme des  couleurs utilisées est restreinte, seuls le noir le rouge et le blanc sont utilisés.
Le tableau frappe par son point de vue frontal. Le premier regard de l’observateur est affronté à un canon prêt à lancer sa balle mortelle.
Le spectateur est fortement interpellé par la détermination avec laquelle le pistolet est tenu dans une main anonyme. Le fond qui est censé héberger l’agresseur armé est tout en rouge, un rouge qui dénote le danger, le sang et la mort. La personne qui tien l’arme n’importe pas autant que l’arme elle-même.
La dualité de l’arme et de la main dans le tableau nous invite à se demander qui est le plus dangereux des deux ? La main contaminée par le rouge ou l’arme qui fait peur par ce contraste du noir et du blanc ? En tout cas les deux n’y sont pour rien, puisque c’est l’homme qui se cache au-delà du rouge qui est à redouter.
Le tableau de Lichtenstein raconte l’histoire d’un homme voilé derrière le danger rouge, un paranoïaque aveuglé par la peur et qui n’ose pas affronter l’autre, qui n’ose pas communiquer avec ses semblables. Seule sa main armé se dévoile et sort pour exécuter la loi de la guerre : tuer ou mourir.   
  

Tigourdi Salah 05/05/2008 23:57

Ce Lichtenstein peint en 1964 représente une main emplie par une arme à feu. La forme rectangulaire du cadre et son positionnement vertical aident à fournir un espace ad hoc pour ce montage rassemblant un objet à un segment du corps.Cet attachement ferme entre les deux composants illustre à cette relation intime nouvellement établie entre l'homme et la guerre.Le décor sanglant,la texture rouge,les globules rouges qui montent sur la surface de la main,mème sur les ongles, représentent la soif pour le sang.Par ailleurs, cette directivité du pistolet renvoie à celle de la main de l'Oncle Sam qui a convoqué Roy pour participer 0la deuxième guerre mondiale,et dont Roy exprime son attitude.  

miri meryem 05/05/2008 23:55

Roy Lichtenstein est un des plus grands artistes du mouvement pop art .nous allons analyser un de ses fameux tableaux "pistol", ce tableau crée en 1964.
Quand on observe ce tableau pour la première fois, on découvre une main qui détient un pistolet dirigé vers le spectateur d’une façon agressive.
Le tableau nous agresse surtout le rouge, la couleur de l’arrière-plan qui renvoie au sang, au danger et aussi à la force vitale.
Le pistolet occupe la moitié haute de l’image, qui renvoie à la force et la menace de cette arme, alors que la main qui présente l’existence de l’être humain est couverte de boutons rouges qui renvoie à la faiblesse de l’homme.
Le tableau cherche à nous transmettre un message…il cherche à nous agir par la menace.

Karima MEKTOUBI 05/05/2008 23:13

Pistol, de Roy Lichtenstein, 1964 est une peinture du pop-art ou art populaire. C'est une inspiration de bandes dessinées et des images quotidiennes médiatisées comme c'est le cas de la plupart des œuvres de Lichtenstein.
 
Elle représente un poing refermé sur la crosse d'un pistolet dont on ne voit que l'embouchure du canon et le barillet, le poing recouvert de pointillés souvent utilisées  dans les bandes dessinées et qui traduisent l'aspect tramé des images imprimées, des photos de magazines… La manière avec laquelle l'arme est représentée " dirigée vers nous" ainsi l'amalgame et l'utilisation judicieuse de quelques couleurs provoquent un choc visuel et  une menace qui nous étonne!!
 
La  gamme de couleurs utilisées peut être interprétée  comme suit: le rouge visible très rapidement  renvoie à une certaine audace, sang, menace…, le blanc: la neutralité, la sensualité…, le noir dénote la tristesse, la mort, le désespoir…
Ces élément cités  prouvent l'audace de l'artiste, sa réussite à traduire des émotions intenses et ainsi sa perfection!!!

Elbasri Layachi 05/05/2008 23:06

peint en 1964;le tableau fait apparaître un révolver à la main pointée directement vers tout observateur, sur un arrière plan rouge. La main dont l’index est sur la détente est couverte de boutons rouges.
Le message visuel transmit par Roy Lichtenstein, le destinateur, est que la mort par une balle est une fatalité probable pour tout destinataire, peut être new-yorkais. De plus que cette menace pèse sur le porteur d’arme lui-même qui porte la marque de ce fléau : les boutons rouges.
Ce message peut être aussi décoder telle une menace de mort pour toute personne recevant le message.
Nous menacez-vous M. Naim ?

Rhilane Ghizlane 05/05/2008 23:04

 
 « Pistol » de Roy Lichtenstein est une parfaite représentation de la société et précisément de l’homme du 20e siècle. Elle est peinte en 1964 et relève du genre de « Pop Art » soi-disant l’art populaire.
L’image contient deux éléments essentiels : une ’’main’’ tenante un ‘’pistolet’’.
 
En premier lieu, la couleur qui ressort le plus dans cette image est le rouge dominant tout le fond de l’image, signifiant la vivacité ainsi que l’interdiction. Une couleur du sang, du feu, de la vie et du danger (peut être, l’image décrit la vie et les problèmes que confrontaient les gens dans ce temps là).
La façon dont la main la prise, nous renvoie directement vers une seule impression : c’est que ce pistolet est dirigé vers nous, plutôt, le récepteur. Cette arme qui semble menaçante, implique une certaine agressivité à savoir terrifier celui qui voit cette image et le laisser vivre dans un monde de symboles tout en y déchiffrant.
 
Nous remarquons aussi des pointillés rouges dans toute la main, ce qui signifie que l’image est très rapprochée, donc Lichtenstein a visé cela en faisant un gros plan de l’image toute entière, du pistolet et de la main. Le pistolet ou juste l’embouchure du canon en noir (signifiant le vide, l’absence et le mysticisme) avec un peu de blanc (la pureté et la neutralité), des petits points rouges sur la main ainsi l’arrière-plan de l’image (le rouge), tout cela a un but précis, celui de mettre l’accent sur la vie, la société et l’homme dans cette époque (1960).
 
Il n’y a pas de phrases ni de personnages dans cette image, nous voyons juste la main qui tient le pistolet, et cela nous pousse à dire que les images dépourvues de personnages valorisent incontestablement un certain message destiné à être décoder par le récepteur, et que la présence de «la main» suffit à révéler l’existence de la personne.
 
Rhilane Ghizlane

sanaa fettouk 05/05/2008 23:03

Il s’agit de « pistol », un tableau de Roy Lichtenstein peint en 1964.
 Cet artiste très influencé par la vogue du Pop –art en Amérique représente dans sa toile, un pistolet prisonnier dans une main qui refuse violemment de le libérer. L’arrière plan du tableau est en rouge, couleur de sang, ce qui signifie que l’acte est achevé et que le pistolet à fait sa tache,a savoir, tuer
Mais qui mort ? Et qui agresse ? On assiste dans ce tableau à l’effacement de l’être humain ?un effacement qui s’explique par l’absence aussi bien de l’agresseur que de la victime .le pistolet est en grand plan. N’est il pas en fait le thème principal de l’image ?!
La toile est bornée dans un cadre rectangulaire, ce qui renvoie à l’action, au combat et au danger !
Toutes les formes dans le tableau tendent à être rondes, le poing qui se referme sur le revolver, l’embouchure du canon, et le barillet, c’est la quête de la force et de l’équilibre.
 Les pointillés sur le poing, représentent la fragmentation et le déchirement de l’homme moderne qui vacille entre le noir et le blanc sans qu’il puisse se situer.  
 
 

Lafrifra Abdennacer 05/05/2008 22:32

    Cette image est une peinture de Pop art, réalisée par Roy Lichtenstein (1964). Elle représente un pistolet au poing, dans la main serrée et qui se place face au regard du spectateur.
 
           Nous remarquons aussi que le lieu est manifestement absent, ce qui rend cette peinture polysémique. Le pistolet et le poing dominent toute l’image, disposés en respectant les points ou les lignes de force ; une telle disposition connote une agression et une force exercées par le pistolet sur le spectateur.
 
         Au niveau des formes, on trouve le cercle qui forme l’embouchure du canon et d’autres cercles qui constituent le barillet, connotant la menace.
 
         Dans cette peinture, il s’agit d’un cadre qui prend une forme rectangulaire verticale et qui connote que le poing maîtrise bien le pistolet. Ainsi l’image peut se décomposer en deux parties importantes : la partie supérieure où se situe le pistolet et la partie inférieure où on peut voir le poing ; ce procédé permet d’attirer l’attention et montrer en détail le danger.
 
         En ce qui concerne le niveau chromatique, on trouve le rouge qui domine le fond de la peinture et qui renvoie à l’origine du mal, venant essentiellement du profond. Il reste à signaler que le blanc manifesté dans l’embouchure du canon entretient un rapport d’opposition avec le noir qui domine les autres parties du pistolet et qui connote le mal terrestre produit par le poing.
 
      Cette œuvre représente un thème parmi d’autres : une peinture qui à la fois agresse et établit une communication directe avec le spectateur en visant à le faire agir.
 

lahboubi el mostafa 05/05/2008 21:19

L’analyse sémiologique du tableau Pistol
 
Peint en 1964, ce tableau de Rey Lichenstein s’inscrit dans la peinture du pop-art (peinture populaire) on y voit dans un cadre rectangulaire, avec un cadrage vertical très serré et sur un  fond rouge, un poing serrant la crosse d’un pistolet, ce qui étonne et en même temps dérange c’est la prise de vue frontale qui met l’embouchure du canon au même niveau du regard humain, cette façon de procéder choc, interpelle et intimide le regard, l’autre caractéristique du tableau la main emplie  de dots ( ces fameux pointillés qui renvoie à une photo de magazine agrandie) semble surgir d’un fond rouge qui connote le danger, l’urgence, l’agressivité.
Dans une perspective d’urgence suggérée par la couleur rouge, le récepteur de l’image doit être prêt à une éventuelle balle qui devrait sortir du pistolet puisque la main à déjà appuyée sur la détente.
 

souad Bendaouia 05/05/2008 20:41

Roy Lichtenstein, peintre américain, figuRe majeure du pop’art américain.
 
Il s’est servi des images culturelles du monde industriel (bandes dessinées, publicités, paysages touristiques...) et des chef-d’oeuvre de la peinture pour les agrandir sur des toiles où les effets techniques de l’imprimerie sont scrupuleusement imités.
 
Lichtenstein dans son tableau pistol peint  en 1964 présenté sous forme rectangulaire et verticale est à priori dirigé vers la société de consommation pour dégager l’image de tout contenu sentimental.
 
Cette arme menaçante, peinte avec la plus grande froideur qui est hostile à l’égard des humains, pour nous impressionner peut-être, montre bien la haine dans la vie moderne.
 
Ce révolver braqué sur nous (la société) empoigné par une main qui appuie sur la détente nous étonne plus qu’elle nous intéresse par la couleur d’abord ; un pistolet de couleur noire et blanche, sans cartouches, la main tachetée de pointillés rouges et sur un fond rouge, contourné par des traits noirs, relate bien la violence et ranime le souvenir d’un absent.
 
Cet objet qui parait habité par une étrange hostilité et dégagé de tout contenu sentimental ; je pense que le peintre cherche à fabriquer une image aussi anonyme que les annonces publicitaires.
 

saadoune 05/05/2008 20:35


     
 
         Surprit, choqué et surtout agressé, l’observateur du tableau « pistol » de R. Lichtenstein se trouve étonné devant cette peinture du pop Art .
L’objet de ce tableau est un pistolet centré, sensé d’être adressé vers l’observateur qui doit être l’hors champ.
 
         Dans un grand plan est présenté un poing séré sur un pistolet dont on ne voit que l’embouchure du canon, et le barillet.
Ce tableau est une sérigraphie présentée par la couleur noire, blanche et rouge.
Vu les pointillés sur la main de la personne qui tient le pistolet, on peut dire que le support de cette peinture est une bande dessinée.
 
        La couleur rouge qui domine le tableau dirige l’œil de l’observateur vers un objet précis qu’est le pistolet. Et plus, cette couleur associée au danger, à la mort, et à la révolte, elle ajoute de la vivacité au tableau.
 En outre, le noir met en évidence la matérialité du revolver. Et la couleur blanche qui reflète de la lumière sur le pistolet.  
 
                        Saadoune  Imane.