Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Osama est mort, vivement un autre Goldstein !

Publié le par Naim

OSAMA-BIN-LADEN.jpg

They did it again. Ils l'ont fait encore. Les Etats-Unis d'Amérique viennent, encore une fois, de tuer un de leurs ennemis, et non des moindres. Leur meilleur même: Ousama Ben Laden, le leader d'Al Qaida et cerveau supposé de tout le mal qui sévit sur cette terre depuis presque 20 ans. Ousama est peut être mort, mais d'autres verront le jour. Comme dans 1984, le roman claustrophobique de Georges Orwell, un Big Brother a toujours besoin de son Goldstein !

Commenter cet article

PHILCO 04/05/2011 14:47


Anti américanisme parce que vous établissez un parallèle qui ne correspond à aucune réalité avec le monde politique totalitaire décrit dans 1984. Les Etats Unis sont certainement la démocratie la
plus aboutie existante (sauf à me donner un contre exemple) et n’a absolument rien d’un totalitarisme type soviétique ayant inspiré Orwell. De plus, si Ben Laden a été effectivement instrumentalisé
par la CIA (sans le « créer » ce qui avait été plutôt l’œuvre de l’ISI), il lui a complètement échappé ensuite, ce qui invalide votre comparaison avec Goldstein qui était et resta une création du
Parti d’Oceania.
Ceci dit, d’autres « méchants terroristes » existent déjà avec Al Zawairi par exemple.


Naim 04/05/2011 02:19


Merci Penelope.
Merci Philco du commentaire. Cependant, me taxer d'anti-américanisme primaire me semble injuste et injustifiable. La disparition de OBL est une bonne chose mais, comme je lai signalé brièvement
dans le billet, d'autres "méchants terroristes" verront le jour...


Penelope Timiste 03/05/2011 17:37


Complètement d'accord ! Amitiés. Penny


PHILCO 03/05/2011 10:14


Vous semblez regretter ce succès américain... Etats Unis un Big brother? Encore un effet paranoiaque d'un anti américanisme primaire. On peut reprocher énormément de choses à ce pays, mais son
attitude actuelle, hormis sur le problème du PO qui est une vraie déception, marque un vrai progrès par rapport à ce qu'elle aurait été avec un Bush à sa tête.