Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Algérie-Egypte entre football, médias et politique

Publié le par Naim

Algerie-Egypte_match-politique-medias       Difficile de croire qu'un match de football, fut-ce un match de qualification pour la Coupe du monde, puisse générer en déchaînements d'agressivité et de haine. Et pourtant, c'est ce qu'on a vu après la double confrontation Egypte-Algérie au Caire et à Khartoum. Des vidéos entrevues sur des sites de partage de vidéos comme Youtube ou Dailymotion montrent des supporters ensanglantés, d'autres brandissant des armes blanches. Des commentaires vindicatifs, haineux et racistes essaiment les forums sportifs mais également politiques. Que s'est-il passé pour qu'on en arrive là?
       Tout a commencé avec les préparatifs du match retour au Caire. Défaits par l'Algérie lors du premier match par un score de 3 buts à 1, l'équipe égyptienne, formidable formation, n'avait pas le droit à l'erreur et devait gagner par 2 buts d'écart pour espérer un match de barrage. Les médias égyptiens se sont mis à haranguer leur sélection et mettre de la pression sur le onze algérien. Les encouragements étaient sportifs au début mais au fur et à mesure que le match décisif approche, les discours médiatiques ont commencé à prendre un ton plus agressif et plus surprenant. Des analystes "sportifs" et des animateurs de télévision très populaires en Egypte  (Moustapha Abdou, Amr Adib, Medhat Chalabi...) ont commencé à traiter le peuple algérien de tous les noms. L’animateur Moustapha Abdou de la chaîne de télévision Dream qualifie ainsi les Algériens de bâtards, voyous, lâches... et les Algériennes de prostituées et de maquerelles des ruelles de Paris. Selon ces animateurs égyptiens, c'est grâce à l'Egypte que l'Algérie est nourrie, élevée et éduquée, etc. Des propos encore plus scandaleux sont répétées à longueur de journée par les autres chaînes satellitaires égyptiennes Nile Sport, Al-Hayat... Résultat de ce déchaînement médiatique: dès l'aéroport du Caire, l'équipe algérienne a reçu un accueil très hostile. Son bus est caillassé et trois joueurs sont blessés. Les bus des supporters recevront plus tard la même addition.
      Bien évidemment, du côté algérien ce n'est pas l'angélisme qui règne. Les médias (Echorouk en tête) prennent une part de responsabilité dans la grande animosité qui régnait au sein des supporters algériens après le match de barrage à Khartoum. Leurs articles sont loin de toute analyse saine d'un quelconque évenement sportif. Leurs billets sont bourrées d'insultes gratuites brassant le religieux et l'historique. Ainsi,  sous la plume d'Echourouk et à cause d'un simple match de foot, les Egyptiens deviennent des traitres à la cause palestinienne, des voleurs, des espions... Ces diatribes font vendre du papier. Pour preuve, Echourouk
s'enorgueillit d'avoir vendu 1.5 millions d'exemplaires le jour du match.
      Si de tels dérapages médiatiques s'expliquent par l'éternelle course à l'audimat, des dérapages au niveau politique sont difficilement explicables et encore moins excusables. A Khartoum et juste après la qualification de l'équipe algérienne, Alaa Moubarak, le fils aîné du président égyptien a qualifié les supporters de l'Algérie de "mercenaires et de terroristes". Il a ajouté qu'il y a "quelque chose d'étrange en Algérie. Un mélange de méchanceté et de rancune contre l'Egypte." Un avis largement répété par la classe politique égyptienne sur les médias satellitaires. Samedi 21 novembre, c'est Hosni Moubarak, le président egyptien, en personne qui est monté au créneau. Dans un discours au parlement égyptien, retransmis en direct à la télévision, Il fustige l'Algérie sans la nommer en la mettant en garde parce que l'Egypte "ne tolèrera pas ceux qui blessent la dignité de ses fils." Pour Hosni Mouabarak, président depuis 1981, l'occasion est d'or. Il profite habilement de cet élan nationaliste pour redorer son blason et surtout, réussir enfin à imposer son fils Jamal comme successeur potentiel. Ce dernier était en effet bien placé stratégiquement à tous les récents déplacements de l'équipe nationale égyptienne réussissant même à apparaître sur la chaîne satellitaire Al-Hayat comme le sauveur des supporters égyptiens "encerclés" par les "barbares" Algériens. Opium du peuple, quand tu nous tiens!
Jamal Gamal-Alaa-Moubarak-football-soccer-politics

Commenter cet article

madany 27/11/2009 15:11


salut monsieur NAIM,
Tant que le foot est un jeu de ballon et la plitique est un jeu de mots, le jeu cherche toujours le jeu. un ballon vide et des mots vides se cherchent et s'embrassent. l'un fait trembler et l'autre
fait tressaillair.et les les grands "kanbos"" font le tapage en disant n'importe quoi et faisant voir leurs images de merde...c'est de la barbarie et la stupidité à l'arabe...


rozéfré 27/11/2009 08:02


Bonne continuation !


youssef BELHAOUS 26/11/2009 14:41


Bonjour Mr Naim
Bonjour tout le monde : à mon avis c'est le sport !!! Il faut y avoir un esprit sportif et non pas potique ou autre chose ... car enfin de compte ce n'est qu'un ballon gonflé de l'air ...


Adil Naim 25/11/2009 03:21


it's so, it's too absurd!!!!!


asmaa MHIRIG 24/11/2009 21:32


"on est une nation qui fait la guerre pendant le jeu et qui joue pendant la guerre" j'ai entendu cette expression prononcée par un égyptien et je me suis permise de l'adopter vu l'impact qu'elle
avait sur moi.


Naim 23/11/2009 23:47


Zohra, il y a un temps où il ne faut pas répondre à des stupidités par d'autres.
Ahmed, entièrement d'accord. Ravi de te lire de nouveau.
Omar, ce n'est pas le tirage au sort qui est en la cause. La rentrée universitaire et très chargée cette année et les préoccupations professionnelles ne manquent pas.
Beau slogan Eva :-)
Cela n'a rien à voir avec le sous-développement. le sport, plus spécialement le foot, attise parfois ce qu'il y a de pire chez l'homme.


zohra 23/11/2009 17:17


nous sommes victimes de la logique égyptienne ils nous agressent chez eux et ils se prennent pour des victimes en demandant aux algériens de s'en excuser mais ça ne va pas bien je crois, s'il y a
eu une certaine violence de la part des algériens ce n'est que justice il ne sont de nature violents comme eux et bravo pour les verts! bonne continuation et laissant les chiens aboyés dans leur
médias en portant atteinte à notre honneur et nos précieux martyrs. En ce qui concerne l'arabe si nous parlons pas bien c'est parce qu'ils n'ont pas fait leur boulot dans les années 60 et 70 les
soit disant enseignent demandait à leurs élèves algériens de laver leur vaisselle sous peine de punition, ils étaient odieux très sale chez eux, ne savent ce qui est le civisme, aucun sens du
modernisme se cachant derrière le perfectionnisme imaginaire, se vante de leur passée leur civilisation.Un pays plein d'hypocrisie sociale,religieuse etc... où il y a la débauche la plus importante
dans le monde arabe. Occuper vous plutôt de vos problèmes intérieurs d'abord et l'avenue d'un futur Moubarak qui vous berce d'illusion ....


Ahmed 22/11/2009 16:34


Voilà un opium, ne le cachons pas, que nous sommes beaucoup à consommer sans modération, mais de là à ce qu'il nous monte à la tête avec une telle absurdité, NON MERCI.

Y a-t-il, dans notre langue et donc dans nos sociétés arabes un mot pour fair-play et l'esprit qui l'accompagne. J'en doute et fortement. Jouer, c'est gagner; l'adversaire, c'est 'l'ennemi' non pas
à battre, mais parfois à abattre. Quel est, in fine, l'enjeu de ce qui n'est et ne restera qu'un jeu?

En tant que Maghrébin, j'ai regardé et apprécié l'esprit d'engagement sportif des deux équipes, avec, bien sûr, l'envie de gagner. Tout qui a poussé un ballon sur le dernier des derniers terrains
de foot comprend cela. MAIS, la victoire et la qualification algérienne m'ont fait plaisir par solidarité de voisinage, par projection dans le miroir 'culturel' personnel et par affection du plus
"même" que "l'autre même". Et s'ils avaient joué avec un tel esprit contre l'équipe marocaine et mérité la victoire, je n'aurais RIEN trouvé à redire si ce n'est leur souhaiter que la suite soit
couronnée d'un grand succès.

Le sport passe nécessairement par la Et la victoire ET beaucoup de défaites pour apprendre à se surpasser et à exceller, dans le respect de l'Autre et animés tous deux par le même enthousiasme et
la même volonté d'aller jusqu'au bout de l'effort dans les limites des règles du jeu et des lignes qui en délimitent le terrain.

Par ailleurs, ne nous a-t-on pas appris que nous étions des peuples-frères-cousins-voisins-amis-membres d'une seule et même famille, la "glorieuse" nation arabo-musulmane partageant tant et tant
... et ce du Maroc à l'Irak en passant par l'Algérie et l'Egypte? Heureusement qu'ils n'ont pas perdu une finale de coupe du monde, c'eut été une déclaration de guerre en bonne et due forme!
Certains ne méritent pas de jouer avec des ballons ronds. Il faudrait leur donner des ballons carrés ou triangulaires pour se démarquer de leur jeu et surtout de l'esprit, pardon, du non-esprit qui
l'anime.


Omar 22/11/2009 13:07


D'abord je tiens à remercier le tirage au sort du coupe du monde 2010 qui a mis l'Algérie et l'Egypte dans un même groupe..sans cela,et surtout sans les conséquences qui sont découlées de leur
rencontre,je ne crois pas qu'on aura la chance de lire quelque chose de nouveau sur votre blog...personnellement,j'en ai perdu toute chance..et bien merci pour le "hasard"..(du moins pour moi)
Quant à le match de Khartoum,décidément c'est une affaire de médias,ni plus ni moins,vraiment j'ignore complétement les intêrets,ou les arrière-pensées,de chaque pays en mobilisant ainsi les médias
pour arriver à une telle situation qui reste..qui reste une belle preuve sur la force des moyens médiatiques.Nous n'avons qu'a dire que l'homme est un prisonnier de toute sorte de médias,il ne voit
que par leurs "yeux" et non pas par les siens et ce n'est pas du tout faux si l'on dit que nous sommes devant une destruction de la conscience humaine (j'ai peur que ça soit uniquement la
conscience arabe) puisque il est incapable d'agir pour empêcher de pareils accidents,et elle se contente seulement de suivre la T.V,les journaux,internet.ect
bref,les médias sont devenus notre nouvelle conscience parce qu'ils sont capables de nous déterminer notre comportement devant une telle ou telle situation..mais,jusqu'à où? et,pire que ça,jusqu'à
quand ? that's the question


eva baila 22/11/2009 12:16


Vive le sport ! Vive la politique !


HMIDA 22/11/2009 09:55


Je souscris entièrement à l'esprit de ton billet! Je suis profondément ulcéré de voir, de lire et d'entendre autant d'inepties à propos d'un simple match de foot-ball!

Je constate avec une grande tristesse que nous les arabes nous n'avons guère évolué : ce genre de discours haineux mais vide, insultant mais inintéressant, me rappelle les différentes joutes que
les dirigeants arabes se livraient par radio interposées, il y a quelques décénies!

Nous étions sous-développés, nous restons sous-développés!