L'une des meilleures photos de presse de l'année 2006 !

Publié le par Naim


    Comme chaque année, le World Press Photo, un organisme indépendant qui récompense les meilleurs photos apparues dans la presse, a désigné les lauréats de 2006. L'une des meilleures photos primées de l'année écoulée est celle prise par l'Italien Davide Monteleone de l'agence Contrasto, dans la catégorie Spot News. Intitulée Bombardements israéliens du Liban, cette photo illustre d'une manière tellement juste et décente les drames humains issus de l'agression israélienne. La détresse de la femme, le geste gracieux des mains, la composition en diagonale, le noir et blanc... Tout concourt à donner à ce tableau réel l'ampleur et la densité des grandes photographies de presse. Vous pouvez voir le reste des lauréats sur le site de World Press Photo.

Commenter cet article

Dalila 15/02/2007

salut
vraiment le language des photos et un world parceque la photos elle même illustre son contenue.  et ici dans cette photos je peux remarquée que c'est une femme musulmane(voile et façon d'habier) aussi  la tristesse sur le visage ainssi la main sur la tête(détresse) je veux aussi dire que l'idée de hkalide et trés bonne merci a+

mouhssine 15/02/2007

Je suis avec vous khalid  .mais, En attendant    l’analyse  de sidi  omar 
 

 la femme  est  aussi  belle   que  la photo 
Si  il avait choisi   une veille   femme   aurait-il   ce  prix     ????  et  si  elle  ‘la photo’   était en couleur ?  elle n’aurait      pas  ce charme   .

Bouchra BAHEDI 15/02/2007

salut tout le monde,
j'ai remarqué que tout le monde a jugé cette page belle. Pour ce faire , trois choses entrent en jeu: l'inconscient, l'affect et l'imaginaire. En effet, cette photo remplie trois fonctions: une fonction symbolique, une fonction épistémique et une fonction esthétique. pour l'analyser on a vraiment besoin de maitriser tout un dispositif de l'analyse de l'image (en partant des couleurs, cadrage...). L'un des chercheurs qui se sont interessé à l'analyse de l\\\'image ou ce qu'on appelle plus exactement sémiologie de l\\\'image, est Roland BARTHES. Je vous donne la bibliographie: BARTHES, R. 1964 : " Rhétorique de l’image ", in Communications, n°4, Paris, Seuil. A propos, Mr Naim, j'ai cherché en vain Communication n4 et Communication n8. pourriez-vous m'aider s'il vous plait.
Pour conclure, je dirai que la photo mérite le prix.
merci

Annie 15/02/2007

merci pour ces infos, je découvreJe suis restée un moment devant la photo avant de lire le comm et j'ai été complétement absorbée par tout ce qu'elle dégage.un vrai chef d'oeuvre et aussi et surtout un vrai témoignage de toute cette souffrance. Tout cela me révolte, à quand un monde de paix, dans le respect des différences. A moindre mal je le vis au quotidien avec mes élèves souvent mis à l'écart.Annie

ghouirgate fatima ezzahra 15/02/2007

Couleurs sombres, moitié d’un mur, manque de sécurité ou un grand regret, un mélange fantastique donne un charme a une photo.

majda 15/02/2007

le noir demeure l'emblème de la  tristesse mais aussi un signe d'alerte
la profondeur de la tristesse  refléte la gravité de la situation,
je pense que l'image est le langage le plus fidèle à la libérté d'expression,
"seule l'image s'exprime sans commentaire sans ajouter aucun mot!"
 

aicha 15/02/2007

slt tt le monde!!
voilà , c\\\'est émotion ; création , celà ns mène peu au centre de l\\\'image , c\\\'est trés attirant surtt la position du corp de cette femme.les couleurs blanc et le noir !!"son vetement avec le moitié du mur"c\\\'est une belle image forte agréable.ya -il un mouvement??regardez ce moitié de mur?? ne reflète pas qq chose??
Et bien , et bien .....ça vallait le coup d\\\'attendre l\\\'annalyse de Ms SIDI OMAR AZEROUAL!!
MERCI MS naim c\\\'est une nouvelle parure ds le monde de l\\\'image
b chance ;c superbe!
 
 

chahid 15/02/2007

Salam !
 

Je vous invite aussi à découvrir la photo  du photographe américain Spencer Platt prise le 15 août 2006 au sud de Beyrouth au premier jour du cessez-le-feu entre Israël et le Hezbollah. Elle révèle non seulement la complexité et le paradoxe au sein de la société libanaise mais aussi l’indifférence parfois suspecte d’une partie (une classe) de citoyens aux malheurs de leurs propres concitoyens souvent démunis ! C’est ma première visite sur ce blog. Bonne continuation tout le monde. Voilà le lien : http://www.worldpressphoto.com/index.php?option=com_photogallery&task=view&id=823&Itemid=146&bandwidth=high

adilowsky 16/02/2007

slt tout le mondepour moi cette photo degage un halo de tristesse et de melancolie, car tout les ingredients sont reunis pour nous donner cette impression(  le noir dominateur, les gestes crispés des deux mains,le mur ecrabouillé, le regard triste et vide, le manque de lumiere...)quand j ai vu cette photo, j ai eu l impression de voir "Fantine" la mere de "Cosette", dans le roman de Victor Hugo "Les misérable" et je ne sais pas pourkoi. Mais ce qui remonte un peu le moral c\\\'est que l armée israelienne a payé trop cher en mettant cette femme ds cet etat la.bon surf a vous tous

Rachid ZIDINE 16/02/2007

Photo prise par un artiste. elle exprime toute la douleur d'un beau pays déchiré, continuellement,  par les guerres et les conflits politiques. 

salima 16/02/2007


Cette photo m'a retardé un long temps c'est  le bon apôtre de la réalité vécue depuis toujours.
 

Elle me couvert de regret et de confusion mais que puis-je dire ou faire devant cette tyrannie agressive
 

La piqûre soit proche et le monde reste bouche bé devant la gravité de la situation 
 

pour l'analyse : la destruction de la mure est  sous forme de la carte géographique de Liban qui est voulu tombé par la haine  , l'image est colorée en blanc et noire privée de couleurs , présente la stagnation de l'action  et la méchanceté du paysage flou ,sombre sans plan ni  cadre,la robe de la femme aussi coloré d'un carré blanc et l'autre noir comme (strange) le gagnant c'est l'intelligent...ou bien le plus rusé ce qui nous manque...! .ce qui va glacer le monde d'effroi...
 


 

salima elesfar 16/02/2007


Elle me couvert de regret et de confusion mais que puis-je dire ou faire devant cette tyrannie agressive
 

 
pour l\\\'analyse : la destruction de la mure est  sous forme de la carte géographique de Liban qui est voulu tombé par la haine  , l\\\'image est colorée en blanc et noire privée de couleurs , présente la stagnation de l\\\'action  et la méchanceté du paysage flou ,sombre sans plan ni  cadre,la robe de la femme aussi coloré d\\\'un carré blanc et l\\\'autre noir comme (strange) le gagnant c\\\'est l\\\'intelligent...ou bien le plus rusé ce qui nous manque...! .ce qui va glacer le monde d\\\'effroi...
 

 
 
 
 

mouhssine 16/02/2007


C’est idiot de ma part et je le sais .mais c’est ce que je peux dire.
1.En remplaçant la femme par  le leban  .le leban était seul face a israel .mais même  après le massacre le pays garde  tjrs sa beauté   .il s’est arrêté  au niveaux du développement   et il regard les anciennes  marches   qu’il doit redescendre. le mur   a sa droite  intact ce sont des vrais voisins .le mur  a sa gauche  (les frontières)  ,c’est l’abominable   israel   qui l’a anéanti sans pitié  .israel   a volé les couleurs  ,les joies du liban     .pas d'mur .pas d’ frontière   .pas d’ frontière  pas d’sécurité     comme votre théorie de tables M.NAIM  
 2. entre nous  c’est une photo inventée de toutes pièces
3. MAIS LE VOILE   ?????C’EST LE MESSAGE  " chaque pays musulman  qui ne veut fléchir    aura  droit   a  sa  place dans  l’escalier" . 
choukry       
    
 

dounia 16/02/2007

Regard profond qui n'a même plus la force de se diriger vers le haut, il creuse la terre pour y faire sa tombe, tête lourde, que les épaules ne peuvent plus soulever et font appel à la main, incapacité de se tenir debout effondrement total, à quoi sert de remonter les escaliers puisque les rêves de l’avenir sont morts avant de naître,   
 

Les restes du mur semble résister pour l'unique raison"le mur à pitié de cette femme, il n'ose tomber que pour être la pour partager en silence, son silence à elle, le silence  assourdissant, à quoi pense-t- elle, que regarde-t- elle, un cadavre, son cadavre, notre cadavre,  le cadavre de l’Homme  faible dévoré par le plus fort.
 

Dans cette obscurité raconte-elle son histoire au diable, il aura sans doute pitié d’elle, et honte de porter un nom que ceux qui sont indigne d’humanité, et qui font le mal  sur terre le méritent plus que lui.

Sana Barkatou 17/02/2007

Les débris d'une maison détruite derrière et une vie,incertaine et inconnue devant ,elle est le symbole de la famille ,la femme,la mère frustrée et déprimée….qui ne fait que porter par ses mains une tête alourdie par le malheur pourvu qu'elle puisse le saisir.
Seule dans ce drame elle dirige son regard vers le sol, sa seule consolation, accroupie elle s'y attache bel et bien; c'est la terre notre refuge, origine, destin et espoir.
Est-elle en moment de méditation? De foie? De rapprochement vers dieu?.....?
Prenons en aussi un moment de réflexion, ou d'autoévaluation :
Moi je me demande : Est-ce qu'on donne à nos proches l'amour et le respect qu'il faut avant de les perdre?
Sommes-nous de vrais patriotes? Que faisons nous les jeunes pour développer notre pays?
Et qu'est ce qu'on fait pour les peuples qui souffrent?........????

snoop 17/02/2007

la censure est en marche. lu dans "la vie palpitante d'un prof de zep":Je cite:"C'est la fin du blog.Une procédure disciplinaire est engagée contre moi par le principal du collège.Il me reproche principalement d'avoir divulgué un moment d'un conseil de discipline, des insultes à son encontre et à l'encontre d'autres personnels dans les commentaires des billets par des visiteurs, d'avoir déformé certaines situations que je rapportais, et globalement de donner une image très négative du collège et de la façon dont il est géré. Cette procédure pourrait déboucher sur un blâme et une mutation d'office.Je pensais être parvenu à respecter mon devoir de réserve, je pensais être honnête dans ce que je rapportais et dans la façon dont je le rapportais. Apparement je me trompais."

anouar 22/02/2007

Tel mur telle femme, même position inclinée et même couleur sombre. Ciblée par la machine de guerre Israélienne la jeune voilée n’a comme moyen de défense que ses chaudes larmes contre la froideur du sang de ses agresseurs et de la froideur de la photo. Son regard est détourné comme si elle ne veut plus nous regarder face dans les yeux ; elle a le droit : Qui d’entre nous à oser lever le moindre doit ou la moindre parole pour dire stop à ce massacre ? Qui d’entre ses faux alliés a fait le moindre effort ? Sommes nous complices ? Eh bien, OUI. Notre silence nous culpabilise, notre peur, notre impuissance !
A moitié allongée sur les escaliers elle n’a plus la force de graver les marches vers le progrès désormais derrière son dos. Deux alliances chacune dans une mains .signe de fidélité à ceux à qui elle tien le plus : son peuple et sa patrie. La partie de Droite est sombre mais reste une petite lueur dans la partie de Gauche qui reste la seule source d’éclairage et d’espoir pour cette femme solitaire qui n’est que l’incarnation de tout un pays : LE LIBAN.     

margareth 07/06/2009

Oui, cette photo est à la fois belle et très émouvante tout en exprimant une grande pudeur face au drame humain qu'est la guerre.

hananeTAOUDI 05/07/2011


Salut tout le monde
Un commentaire tardif comme le mien ne peut changer d’idées précédentes que ma participation au blog de mon prof M .Naim à qui je voue un grand respect.
A vrai dire, la femme dont tout le monde parle, semi-allongée sur les marches de l’escalier, fut trébuchée par l'hégémonie et la tyrannie Israélienne et l'ampleur de sa mélancolie cerne la colère
de tout un peuple entravé et asservi contre son gré. Son calme et sa résignation ne sont plus le malheur qui l'essouffle mais surement elle va retrousser les manches pour dédier à son peuple les
générations dont il aurait besoin ; ainsi l'absence de ses bien-aimés donnerait naissance à une génération prolifique pour mettre fin à ses tourments et ses préoccupations intenses. En revanche, le
voile qu'elle porte révèle son identité et son appartenance musulmane contre laquelle le comportement vexatoire des ennemis subjugue en tout enthousiasme pour tout rejet de cette Idéologie
islamique, de même l'éradication si ce n'est l'effacement de cette race.
Cette femme qui paraît marié est un symbole de continuité de l'existence ainsi que la fidélité à sa famille, à son entourage peu importe ruiné, à sa patrie pourtant occupée par les israéliens.
Justement, elle est au début de l’escalier, pourtant c'est le moment qui va déclencher la réflexion pour éveiller le monde par la montée qu'elle va créer en escaladant vers une vraie victoire.
C’est là d’où exhalerait la lumière qui va luire les ténèbres de son grand souci.
Bravo M. NAIM .si c'est vraiment une compétition de commentaire j'espère que M Azeroual serait là pour analyser de près nos "analyses" bien sur si vous le permettez.


hanane.taoudi 10/07/2011


Salut tout le monde
Un commentaire tardif comme le mien ne peut changer d’idées précédentes que ma participation au blog de mon prof M .Naim à qui je voue un grand respect.
A vrai dire, la femme dont tout le monde parle, semi-allongée sur les marches de l’escalier, fut trébuchée par l'hégémonie et la tyrannie Israélienne et l'ampleur de sa mélancolie cerne la colère
de tout un peuple entravé et asservi contre son gré. Son calme et sa résignation ne sont plus le malheur qui l'essouffle mais surement elle va retrousser les manches pour dédier à son peuple les
générations dont il aurait besoin ; ainsi l'absence de ses bien-aimés donnerait naissance à une génération prolifique pour mettre fin à ses tourments et ses préoccupations intenses. En revanche, le
voile qu'elle porte révèle son identité et son appartenance musulmane contre laquelle le comportement vexatoire des ennemis subjugue en tout enthousiasme pour tout rejet de cette Idéologie
islamique, de même l'éradication si ce n'est l'effacement de cette race.
Cette femme qui paraît marié est un symbole de continuité de l'existence ainsi que la fidélité à sa famille, à son entourage peu importe ruiné, à sa patrie pourtant occupée par les israéliens.
Justement, elle est au début de l’escalier, pourtant c'est le moment qui va déclencher la réflexion pour éveiller le monde par la montée qu'elle va créer en escaladant vers une vraie victoire.
C’est là d’où exhalerait la lumière qui va luire les ténèbres de son grand souci.
Bravo M. NAIM .si c'est vraiment une compétition de commentaire j’y serai prête pour divulguer trop de secrets à propos de l’image.



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog